Et bientôt, un homme bionique ?

Votre vidéo dans quelques secondes...

Aux Etats-Unis, l’imprimante 3D a déjà permis de sauver la vie de bébés atteints d’une grave affection des voies respiratoires. En France, grâce aux kits de peau humaine ou aux prothèses fabriquées dans les Fablabs, l’heure de « l’homme bionique » a déjà sonné.

Des prothèses imprimées en 3D

Vertèbres, implants dentaires, mâchoires, et même cages thoraciques… Désormais tout peut être imprimé en 3D. En Isère, un petit garçon âgé de 6 ans est devenu le premier enfant à recevoir une prothèse de main droite imprimée en 3D. Le fonctionnement de la prothèse dont bénéficie le petit Maxence est assez rudimentaire. Ce qui change en revanche, c’est le prix : entre 50 et 200 euros.

Après les Fablabs, les Handilabs ?

La prothèse fabriquée par le Breton Nicolas Huchet ne vaut que 1 000 euros. Une somme incomparable par rapport aux 20 000 ou 30 000 euros des modèles hauts de gamme proposés par une poignée de fabricants dans le monde. Ce rennais de 31 ans qui a perdu sa main après un accident de travail a fabriqué sa prothèse dans un fablab. L’objectif est de rendre cette conception accessible à tous les bricoleurs inventifs. Nicolas Huchet souhaite développer un handilab, un laboratoire de fabrication qui accueillerait les personnes handicapées souhaitant créer et tester des innovations.

Imprimer de la peau humaine

Désormais, il est même possible d’imprimer des organes et de la peau. C’est la vocation de la start-up bordelaise Poietis. Cette entreprise est capable d’imprimer de la peau humaine personnalisable. Sa technologie consiste à bio-imprimer, par laser, couche par couche, des constituants de tissus biologiques. La start-up cherche actuellement à se financer sur le site de financement participatif, Wiseed. Le marché de la fabrication de tissus biologiques est évalué à 15 milliards d’euros. Il devrait doubler d’ici 2018.


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article