Auvergne-Rhône-Alpes. Laurent Wauquiez veut son campus européen du numérique

wauquiez

En ce début d’année 2016, Laurent Wauquiez a fait un vœu « Je suis convaincu que notre région peut devenir un modèle dans le domaine du numérique ». Le nouveau président de région peut déjà compter sur un territoire doté de nombreux atouts numériques.

Avec 40,61 % des voix, le nouveau président de région Les Républicains/UDI/MoDem s’est nettement imposé face au candidat socialiste Jean-Jack Queyranne (36,84 %), président sortant. Une avance qu’il compte garder en matière d’attractivité numérique.

Un campus européen du numérique

A 40 ans, celui qui vient également d’être nommé numéro 2 des Républicains (à la place de Nathalie Kosciusko-Morizet) promet d’implanter « le premier campus européen des métiers du numérique, tout près de Lyon. D’abord parce que ce type de formation c’est pour nos jeunes la quasi garantie d’avoir un emploi à la sortie. Je souhaite aussi que ce campus accueille des professionnels en formation continue, et surtout qu’il devienne un véritable centre de ressources pour les entreprises de la région. »

Le Totem : couteau-suisse numérique

Alors que Bordeaux prépare sa Cité du Numérique et que Nantes fait pousser son quartier de la création, Lyon annonce son nouveau projet baptisé « Le Totem » : 4 000 m² dédiés à l’accélération des start-up et à l’animation de l’écosystème. En 2017, le hub de l’écosystème numérique lyonnais verra le jour au cœur du quartier Confluence. Le Totem serait une sorte de couteau-suisse : lieu de co-working, événementiel, hébergement d’entreprises, mise en réseau, accélération des start-up en hyper-croissance… Laurent Wauquiez peut compter sur une métropole lyonnaise qui déjà le vent en poupe. A titre d’exemple, durant l’été 2015, l’incubateur privé Axéléo était la première structure en France à bénéficier d’un investissement du Fonds French Tech Accélération (synonyme d’une levée de fonds de 2 millions d’euros).

Smart city et tube à expérimentations

L’ex-ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche (2011) devrait poursuivre les efforts de la capitale régionale en matière de « ville intelligente ». Lyon fait partie des meilleures smart cities européennes (élue première ville intelligente française en 2013 d’après le classement M2OCity). L’enjeu : proposer une nouvelle manière de vivre et de « consommer » la ville. Nouvelles solutions de transport, transition énergétique, services numériques… doivent offrir de nouveaux services aux usagers et citoyens. Pour illustrer cette tendance, Hikari, un îlot de trois bâtiments à énergie positive, vient d’être inauguré dans le quartier de Confluence. Un projet qui présente de nombreux avantages en matière de consommation d’énergie. En France, Lyon a souvent une longueur d’avance sur le numérique. En témoigne le « Tuba » (tube à expérimentations urbaines) qui vient de souffler sa première bougie. Ce lieu permet aux citoyens de tester les usages de la ville de demain (énergie, santé, environnement, transports…). Les équipes de Laurent Wauquiez pourront peut-être y tester les nouvelles applications mobiles citoyennes en quête de transparence politique.


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article