En PACA, Christian Estrosi rêve d’une « smart région »

portrait

Christian Estrosi, élu président de la région PACA, face à Marion Mareschal Le Pen, peut compter sur le savoir-faire de Nice en matière de Smart City et sur le pouvoir d’attraction de Marseille pour forcer le destin numérique du territoire.

S’imposer parmi les « smart cities » mondiales

« Je ferai de la région la première Smart Région d’Europe ». La promesse est signée Christian Estrosi, le nouveau nouveau président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, élu avec 54,78 % des voix contre 45,22% pour son adversaire du Front National, Marion Mareschal-Le Pen. Le Maire de Nice a réussi à placer sa ville sur l’échiquier mondial des villes dites intelligentes (ultra connectées). « J’ai propulsé ma ville à la 4ème place des Smart Cities du Monde, devant Singapour (ndlr : derrière Barcelone, New York et Londres). Cette ambition c’est l’occasion de développer des filières créatrices d’emplois ». Au printemps 2015, Nice a inauguré son « Smart City Innovation Center » (une sorte de show-room). A terme, un bâtiment de 4 500 m2 réunira dans un même lieu des laboratoires, des grands groupes (IBM, EDF, Suez, Orange…), des start-up et des pôles de compétitivité. Le Monitoring Urbain Environnemental (MUE) fait partie des premiers projets concrets de ce territoire connecté : un réseau de près de 3.000 capteurs répartis sur 160 hectares (à l’Ouest de Nice) pour recueillir et analyser en temps réel des données d’ordre environnemental (eau, énergie, qualité de l’air…) de manière à préfigurer les services du futur.

75 M euros pour « The Camp », le campus du futur

A 200 km de Nice, Christian Estrosi peut compter sur la métropole Aix-Marseille (labellisée French Tech en 2014) pour faire rayonner les atouts numériques de la région au-delà de l’Hexagone. La métropole y concentre 40 000 emplois dans le secteur du numérique, soit plus de la moitié de toute la région. Alors qu’en Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez a promis d’ouvrir un campus européen du numérique, à Aix-en-Provence, un campus dédié à la transformation numérique et à la ville de demain sortira de terre en 2017. Son nom : The Camp. 12 000 m² de locaux d’enseignement, de formation, de détente et de convivialité, mais aussi d’une résidence hôtelière de 284 chambres, sur un terrain de 7 hectares. Une initiative privée/publique dotée d’un budget de 75 millions d’euros. A l’origine de ce campus à l’américaine, Frédéric Chevalier, président-fondateur de la société HighCo. Objectif : former 300 étudiants et 2 000 managers chaque année, accueillir 20 startups et 40 PME.

En avance dans la technologie « sans contact »

La région PACA compte également la technologie RFID (sans contact) parmi ses points forts. Créé en 2008 par le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, le Centre National de Référence RFID a pour vocation de faciliter l’adoption et l’appropriation des technologies sans contact (RFID et NFC). Près de 150 acteurs du Sans-Contact y sont réunis. Une autre manière de réinventer le territoire et d’accroître son attractivité digitale. Le Centre RFID est engagé dans l’une des 9 Solutions industrielles françaises du projet Industrie du Futur. De là à ce que la région prenne des allures de Silicon Valley, il y a quelques pas que le nouvel élu ne veut pas franchir « Je sais bien que mes adversaires du Front national et du Parti socialiste rêvent de cet avenir pour Provence-Alpes-Côte-d’Azur mais ce n’est pas mon cas. Moi je veux préserver notre identité. »


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre
  1. Perrin

    Une fois encore, une fois de plus, Estrosi, le motodidacte pour lequel j’ai travaillé au sein de son cabinet, donne dans l’affichage. Ainsi des portiques SNCF de Marseille dont il a revendiqué la paternité alors qu’ils ont été mis en place par la seule SNCF pour contrôlér les billets. »Escrosi » l’a qualifié MMLe Pen dont je ne partage pas les idées. Et pourtant…


Laisser un commentaire sur cet article