Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. L’accent « Smart City » de Carole Delga (PS)

x870x489_a-carole-delga-francebleu.jpg.pagespeed.ic.zrw_wBX8x6

Carole Delga (PS), la nouvelle présidente de la région élue en décembre avec 44,6% des voix devant le Front National, est à la tête d’une région en pointe en matière de Smart City. Avec Toulouse et Montpellier, le territoire veut se faire un nom en Europe sur ce thème de la région ultra-connectée.

Quelle région pourra se targuer d’être la plus « smart » (connectée) en France et en Europe ? Elue à la tête de la région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, Carole Delga (PS) a de quoi rivaliser avec notamment son voisin Christian Estrosi qui en a fait l’un de ses thèmes forts de campagne.

Montpellier : terrain de jeu du géant IBM

Dans le classement des « Smart City » (villes connectées), Montpellier se classe parmi les très bons élèves en Europe. Mobilité, administration intelligente, environnement, modes de vie… Tous les critères sont remplis. IBM en a d’ailleurs fait son terrain de jeu. Le géant américain y mène une expérience grandeur nature : une première en Europe. La société compte récolter des millions de données numériques pour donner vie à la ville de demain. Une ville capable d’adapter ses services, de faire des économies et de gagner en confort. Le travail collaboratif et autres synergies font également partie de la recette de ces nouveaux territoires dits intelligents. A ce titre, FrenchSouth Digital et Digital Place, les deux associations professionnelles du numérique de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées, font désormais jeu commun pour renforcer leur poids à l’international.

Toulouse : investissement de 500 millions d’euros

Pour gagner le match des Smart City, Toulouse a décidé de sortir son chéquier. 500 millions d’euros pourraient être investis d’ici 2020 pour faire de Toulouse une « Open Métropole ». Début décembre, Toulouse Métropole a ainsi présenté son projet “Smart City 2015- 2020 ». Là encore, et à l’instar de Nice, Lyon, Bordeaux ou Nantes, les élus rêvent d’une ville modulable – capable de s’adapter à la vie de ses citoyens – grâce au recueil et à l’analyse des Datas (données). Certaines expérimentations illustrent cette tendance. Les lignes de bus les plus fréquentées disposeront de bornes d’informations permettant de géolocaliser les transports en temps réel, ou, dans un autre style, l’éclairage public pourra s’adapter (allumé ou non) en fonction du trafic, de manière à réaliser des économies. Enfin, le projet « So Grid » (réseaux électriques intelligents) porté par ERDF serait testé en première mondiale à Toulouse.


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article