La vie en mode gratuit

Votre vidéo dans quelques secondes...

Une nouvelle façon de consommer gagne progressivement du terrain, dans les mentalités, les cafés, les boutiques et même sur les trottoirs. Des nouveaux réflexes tournés vers la solidarité et le refus du gaspillage. La culture ancestrale du don regagne ses lettre de noblesse.

La baguette solidaire 

Acheter une baguette, en payer deux, et confier l’autre au boulanger qui l’offrira à plus précaire que soi. L’idée n’est pas tout à fait neuve mais elle prend de plus en plus d’ampleur. Depuis deux ans dans tout le pays, des boulangers et leurs clients adoptent ce petit réflexe solidaire baptisé la « Baguette en attente ». C’est le cas dans plus d’une cinquante de villes en France.

Le café « suspendu »

L’initiative de la “baguette solidaire” s’est inspirée d’un autre geste de générosité, le “café suspendu”, une tradition venu tout droit de Naples. Le caffè sospeso (en français : « café suspendu ») est une tradition de solidarité envers les plus pauvres, pratiquée dans les bars napolitains. Payer un café d’avance pour les plus précaire, c’est possible partout dans le monde désormais. Pour connaître les établissements qui le pratiquent et le nombre de “cafés suspendus” en temps réel, , il suffit d’aller sur le site Coffeefunders.fr.

Chez le coiffeur, une coupe gratuite

Sur le même principe, les plus démunis peuvent aussi aller chez le coiffeur gratuitement. Véronique Jalby, coiffeuse, a lancé le principe à Toulouse. Elle peut désormais accueillir 35 personnes gratuitement grâce aux dons que les clients ajoutent à leur ticket de caisse. Un concept qui commence à trouver d’autres relais en France, notamment à Blois et Paris

Une boutique où tout est gratuit

A Paris, une boutique sans argent vient d’ouvrir ses portes dans le 12ème arrondissement. Son nom : SIGA SIGA. Chacun peut venir prendre ce qui lui plaît ou déposer des objets dont il n’a plus besoin.

Dans la rue, des boîtes à dons 

De la même façon, dans les rues du Havre et de Nantes, il existe désormais des boîtes à dons ou give box. Dans cette grande boîte installée dans la rue, les habitants peuvent déposer tous les objets du quotidien, des livres ou des vêtements dont ils ne se servent plus. Le concept, qui fait un carton à Berlin, est arrivé il y a tout juste un an en France. Il commence déjà à faire des petits, à Roubaix, Besancon ou encore Lyon.

Des réfrigérateurs en libre service 

Berlin est également la ville qui a fait pousser des réfrigérateurs sur les trottoirs. Une association en a installé une dizaine en libre-service. Certaines grandes surfaces et restaurants ont accepté que les bénévoles de l’association viennent récupérer régulièrement les denrées invendues et non périmées. Les particuliers et les passants peuvent également déposer de la nourriture à condition d’être encore consommable. En bout de chaîne, toute personne peut se servir dans ces frigos de la générosité destinés en priorité aux plus démunis.

 


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article