Bourgogne-Franche-Comté. François Sauvadet (LR-UDI) : « Je m’engage à doubler les crédits consacrés au déploiement du numérique. »

François-Sauvadet-4

À la fois Député de la Côte-d’Or et Président du Conseil départemental, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy porte les valeurs LR-UDI pour les prochaines élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté. 

Priorités. Si vous êtes élu(e), quelle sera la mesure prioritaire de votre mandat ?

La priorité sera pour moi le numérique. Le déploiement du très haut débit sur toute la Bourgogne Franche-Comté est essentiel pour l’attractivité de notre Région mais aussi pour l’équité entre les territoires. Je ne veux pas de zones rurales « décrocheuses » parce qu’elles ne disposeraient pas des infrastructures numériques nécessaires. Comme président de Région, je m’engage à doubler les crédits consacrés au déploiement du numérique afin d’accompagner chaque département à hauteur de son propre engagement. C’est la garantie d’un système incitatif et efficace.

Je m’engage à doubler les crédits consacrés au déploiement du numérique.

Investissements. Dans quels domaines consentirez-vous à investir en priorité ?

Je souhaite que la Grande Région investisse dans les infrastructures de transport et faire de l’aéroport de Dole un véritable aéroport interrégional. Ce site aurait vocation à accueillir un pôle multimodal en s’appuyant sur les nouveaux réseaux de bus »low price ». Enfin, nous lancerons un grand plan de rénovation énergétique. Il s’agit d’un enjeu majeur, pour le développement durable et la réduction de notre consommation énergétique régionale, mais aussi pour le pouvoir d’achat de nos concitoyens qui sont très nombreux à se trouver en situation de précarité énergétique. En France,  cela concerne  3.8 millions de ménages soit 13% de la population.

Économies. A l’inverse, quelles seront les deux principales réductions de dépenses que vous souhaitez mettre en place ?

Nous serons extrêmement attentifs aux dépenses de fonctionnement. Dans le Département de la Côte-d’Or que je préside, nous avons diminué les charges à caractère général de 26 % en 5 ans. Cela s’est fait avec les agents, grâce au dialogue social. Je ne crois pas ceux qui nous annoncent des coupes drastiques dans les dépenses sans avancer de méthode ou d’objectif. Ma volonté n’est pas simplement de réduire les dépenses, elle est aussi d’offrir un service public de proximité efficace et réactif. Cela imposera des réorganisations. 

Je créerai un véritable « pôle européen » basé à Besançon.

Au-delà de la réduction des dépenses, je veux que nous cessions de gaspiller des crédits européens auxquels nous avons droit mais que nous n’engageons pas. C’est pour cela que je créerai un véritable « pôle européen » basé à Besançon qui accompagnera les entreprises, les collectivités locales, les associations notamment culturelles aussi et les particuliers dans la préparation des lourds dossiers d’aides auprès de l’Union Européenne. Ce sont des dossiers souvent trop complexes pour des petites structures. C’est de la responsabilité de la Région de garantir que nous n’allons pas perdre cette source de revenu. Actuellement, nous pourrions perdre 200 millions d’euros d’ici la fin de l’année, ce n’est pas acceptable !

Aides aux entreprises. Les Régions disposent désormais de la compétence exclusive des aides aux entreprises. Dans ce domaine quelle sera votre action prioritaire ?

Tout d’abord, je réunirai dans les prochaines semaines, avant même les élections, les présidents de Conseil départementaux de notre Région pour évaluer les dispositifs d’aides économiques départementales. Les Conseils départementaux agissent aujourd’hui au service d’une économie de proximité à travail des aides aux entreprises artisanales, des soutiens au commerce ambulant, etc. Il convient donc que nous évaluions avec eux les dispositifs les plus utiles que la Région devra reprendre à son compte.

Attractivité. Dans ce nouvel échiquier des régions, quel est (ou quels sont) votre concurrent direct sur le plan de l’attractivité économique ?

Je ne veux pas rentrer dans une logique de concurrence. La Bourgogne et la Franche-Comté ont souffert trop longtemps de se croire « coincées » entre la Région parisienne, l’Alsace et la Région lyonnaise. Je refuse cette vision pessimiste et concurrentielle. Notre situation au cœur de ces grands flux de circulation est un atout qu’il nous revient de valoriser. Nous pouvons profiter de cette proximité vis-à-vis de ces territoires tout en garantissant une qualité de vie à ceux qui souhaiteraient s’installer en Bourgogne Franche-Comté. La proximité de Régions en développement doit devenir une nouvelle chance pour notre croissance. C’est pourquoi nous devons nous engager dans des démarches partenariales.

Numérique. Toutes les régions veulent devenir des Silicon Valley françaises. Quels sont/seront les arguments de votre région dans ce domaine ?

Mon principal argument, c’est le volontarisme politique. Le chantier du numérique est déjà une réalité dans notre Région. Nous sommes déjà six départements sur huit à nous être réunis au sein d’une Société Publique Locale (SPL) visant à la commercialisation de nos fibres optiques. Cette méthode est la garantie de réaliser un déploiement du numérique moins cher (mutualisation des coûts), de bénéficier de crédits supplémentaires (aide de l’Etat aux départements qui s’associent) et d’assurer l’efficacité dudit déploiement (en rendant les prises plus attractives pour les opérateurs).

Twitter. Quel est votre tweet le plus incisif ? adressé à qui et sur quel sujet ?

Ce tweet était destiné à la candidate socialiste qui m’accusait de « populisme ». J’y vois un refus du débat alors que j’avance plusieurs fois par semaine des propositions concrètes issues de mes rencontres avec les forces vives du territoire (chercheurs, entrepreneurs, élus locaux, citoyens…) tandis qu’elle se contente de quelques café-débats avec des militants socialistes.  Non seulement, le PS ne se parle plus qu’à lui-même, mais en plus il accuse ses concurrents de populisme parce que nous nous adressons aux 2,8 millions d’habitants de la Bourgogne Franche-Comté !

Personnalité politique. Quelle est la personnalité politique (vivante ou décédée) dont vous vous sentez le plus proche ?

J’ai consacré un livre il y a quelques années à Raymond Janot, ancien combattant de la seconde guerre mondiale, haut fonctionnaire et conseiller d’Etat, qui fut également Président du Conseil Régional de Bourgogne entre 1989 et 1992. Il fut à la fois un juriste éminent de la IVe République et participa activement à la rédaction de la Ve République. Il fut donc toute sa vie un homme d’action au service de ses convictions tout en sachant adapter ses méthodes à la société dans laquelle il évoluait : combattant durant la guerre, haut fonctionnaire au milieu d’une République où le régime des partis rendait la vie politique instable, homme politique en responsabilité quand la situation l’exigeait. C’est la définition même de l’homme politique dans le sens le plus noble du terme : celui qui sait se mettre efficacement au service des valeurs qu’il porte et de ses concitoyens.

Ennemi. Quel est votre meilleur ennemi politique ?

François Rebsamen, maire de Dijon, ancien Ministre du Travail. Nous nous opposons souvent quand il défend une vision très dijonnaise du développement de la Côte-d’Or quand je refuse d’opposer ville et campagne. M. Rebsamen en Côte-d’Or, c’est Margaret Thatcher en Europe : « I want my money back ! » J’essaye de le convaincre que le développement de nos territoires se doit d’être équilibré. Mais c’est aussi un redoutable animal politique et j’ai du respect pour l’homme, respect que je crois être réciproque.

M. Rebsamen en Côte-d’Or, c’est Margaret Thatcher en Europe.

Voyage, voyage. Pour vous, “rendez-vous en terre inconnue” en version politique, ce serait quelle destination ?

Dans un meeting du FN. Parce que je suis viscéralement opposé à ce parti dont je rejette le discours, la vision du monde et l’absence de solution concrète pour nos concitoyens. Mais je veux également comprendre ses électeurs qui se sentent souvent abandonnés par les pouvoirs publics et les convaincre que le FN n’offre aucune perspective pour améliorer leur quotidien. La politique concrète que je mène au service de nos concitoyens veut répondre à ce sentiment d’abandon. Mais nous devons être encore plus pédagogues et plus persuasifs.

The artist. Pour quel artiste de votre région avez-vous un coup de cœur ?

Je veux citer Rouget de L’Isle, qui est né et a passé sa jeunesse à Lons-le-Saunier et qui est peut-être, sinon le compositeur français le plus virtuose, celui dont le rôle est le plus fondamental dans la construction de notre roman national, puisque c’est le créateur de La Marseillaise. C’est à la fois un extraordinaire ambassadeur de notre Région et l’incarnation du génie français puisque ce chant fut conçu en Alsace par un Franc-Comtois et adopté par les corps d’armée venus de Marseille qui lui ont donné son nom. Mais notre hymne national aurait ainsi pu s’intituler La Franc-Comtoise !

Sport. Quel est votre sport favori ?

J’ai découvert le BMX lors d’un déplacement officiel à l’occasion des Jeux Olympiques de Pékin en 2008 et j’ai été très impressionné par les performances de ces sportifs qui allient vitesse et souplesse, rage de vaincre et respect mutuel. C’est de cette façon que j’envisage la compétition, qu’elle soit sportive ou politique.

Gastronomie. Quelle est votre formule régionale “entrée/plat/dessert” préférée ?

Nous avons la chance de disposer en Bourgogne et en Franche-Comté de deux traditions culinaires de grande valeur. En entrée, je privilégierais les œufs meurettes pour leur fondant et leur goût amer et sucré. En plat, je ferais honneur à la Franche-Comté avec une saucisse de Morteau accompagné d’un Mont d’Or. En dessert, rien ne vaut un plateau de fromage ! Nous pouvons y allier les talents de notre deux régions en mêlant de l’époisses, du comté et du Morbier. Le tout accompagné d’un verre de vin de Bourgogne et d’un vin du Jura. Avec modération évidemment !

 

Dossier Régionales 2015 :

Chaque jour, découvrez les candidats tête de listes aux prochaines élections régionales qui se dérouleront les 6 et 13 décembre prochains.


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article