Bourgogne-Franche-Comté. Marie-Guite Dufay (PS) : « Je veux former plus de 100 000 demandeurs d’emploi dans les métiers qui recrutent. »

dufay

Marie-Guite Dufay est la candidate socialiste aux prochaines élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté. Face à son principal concurrent François Sauvadet (LR), la présidente sortante du conseil régional de Franche-Comté entend miser sur l’emploi, le rapprochement des régions, le numérique et l’industrie. 

Priorités. Si vous êtes élu(e), quelle sera la mesure prioritaire de votre mandat ?

Au-delà de l’actualité dramatique qui nous impose pour tous de nous rassembler derrière des valeurs républicaines pour faire face à la barbarie et au terrorisme, la priorité des priorités c’est l’emploi. C’est pourquoi je veux protéger et créer plus d’emplois. En protégeant les emplois d’aujourd’hui grâce à la généralisation des accords « former plutôt que chômer » négociés avec les partenaires sociaux dans les entreprises en mutation. Et en investissant dans les emplois de demain grâce au soutien et à l’innovation dans les secteurs porteurs. Je veux aussi former plus de 100 000 demandeurs d’emploi dans les métiers qui recrutent.

La priorité des priorités c’est l’emploi. Je veux former plus de 100 000 demandeurs d’emploi dans les métiers qui recrutent.

Investissements. Dans quels domaines consentirez-vous à investir en priorité ?

Dans les secteurs qui portent les emplois de demain et qui permettront à la Bourgogne Franche-Comté d’exporter ses savoirs faire dans le monde entier. Je pense en particulier aux formidables opportunités que représente la croissance verte à travers les énergies renouvelables ou les mobilités du futur. Mais je pense aussi à toute l’économie de la santé et du bien-être, avec les immenses progrès dont nous sommes porteurs en matière de recherche biomédicale ou de thérapies innovantes.

Économies. A l’inverse, quelles seront les deux principales réductions de dépenses que vous souhaitez mettre en place ?

Le rapprochement de la Bourgogne et de la Franche Comté doit nous permette de réaliser des économies de gestion grâce à la mutualisation de nos services et à la simplification de nos procédures. Je suis convaincue que la bonne gestion est source d’économies, et qu’elle est garante du meilleur service public au meilleur coût.

Aides aux entreprises. Les Régions disposent désormais de la compétence exclusive des aides aux entreprises. Dans ce domaine quelle sera votre action prioritaire ?

Nos territoires sont des territoires de coopération. La région va tirer profit de ces nouvelles compétences mais aussi de sa taille pour animer les écosystèmes qui nous donneront un temps d’avance dans nos filières traditionnelles et celles de demain. Notre priorité, ce sera donc le rassemblement des compétences pour permettre à nos entreprises de « chasser en meute ». Nous lancerons notamment des clusters pour investir, innover, développer et gagner les marchés des « mobilités de demain » autour de l’automobile, du ferroviaire et des transports intelligents et connectés. Nous allons faire de même pour tirer profit la croissance verte des « nouvelles technologies de l’énergie » et accélérer la transition énergétique, de la filière du luxe et des microtechniques et l’industrie de la précision. Au-delà de ces secteurs où nous avons des savoir-faire reconnus autour de Pôles de compétitivité d’envergure européenne, nous voulons faire de la Bourgogne Franche-Comté un territoire novateur sur l’économie de la santé et de la e-santé et du numérique.

Attractivité. Dans ce nouvel échiquier des régions, quel est (ou quels sont) votre concurrent direct sur le plan de l’attractivité économique ?



La Bourgogne Franche-Comté sera la 4e plus vaste région de France avec 47 800 km² et 2,8 millions d’habitants. Nous serons une grande région ouverte sur l’Europe et le monde, et nous aurons la particularité d’avoir 230 km de frontières communes avec la Suisse, et la proximité avec l’Allemagne. Cette grande région aura naturellement des liens avec les régions voisines, des portes de l’Ile de France à la Suisse. Les bassins économiques et les bassins de vie des départements frontaliers sont naturellement au cœur de nos relations avec les autres régions. Je pense à une partie du Jura et de la Saône-et-Loire naturellement orientés vers la grande Région Auvergne-Rhône-Alpes, ou la Nièvre et la Loire qui regardent vers le Centre, sans oublier l’Alsace très liée à l’Aire urbaine du Nord Franche-Comté et l’Yonne très proche de Paris. Mais cette situation de carrefour au cœur de la dorsale française Lille-Paris-Lyon-Marseille est plutôt un avantage. Nous en tirerons parti avec nos 14 gares TGV et nos autouroutes et nos lignes TER, sans oublier les fonds européens que nous allons mobiliser et le renforcement de la coopération avec la Suisse où travaillent déjà près de 30 000 frontaliers.

La Bourgogne Franche-Comté sera la 4e plus vaste région de France avec 47 800 km² et 2,8 millions d’habitants.

Numérique. Toutes les régions veulent devenir des Silicon Valley françaises. Quels sont/seront les arguments de votre région dans ce domaine ?

Tout d’abord, l’avenir, c’est le numérique. Nous devons être un territoire « branché », si l’on veut rester attractif et attractifs en offrant les services. Mais je dirai notre industrie d’abord. Nous sommes la première région industrielle de France, et les gains d’efficacité et de productivité de la révolution numérique et digitale des industries est notre cible première. Nous voulons que soit lancé en Bourgogne Franche-Comté le premier plan « Réseaux électriques intelligents ». Mais il n’y aura pas de développement sans infrastructures, c’est pourquoi nous misons sur la couverture en très haut débit de l’intégralité du territoire dès 2022. Nous allons aussi aider nos entreprises du numérique à grandir sur ces marchés en forte croissance en veillant à ce qu’elles aient accès aux financements à tous les stades de leur vie.

Twitter. Quel est votre tweet le plus incisif ? Adressé à qui et sur quel sujet ?

Je pense que c’est le jour où j’ai présenté mon projet à tous les Bourguignons Francs-Comtois après la grande période de concertation qui vient de se terminer. A l’heure où les Français doutent de la politique et où l’absention menance, je crois qu’il faut redonner du sens à l’action de la Région et dire pourquoi une grande Région à gauche sera forte, solidaire et responsable.

Personnalité politique. Quelle est la personnalité politique (vivante ou décédée) dont vous vous sentez le plus proche ?

Je n’ai jamais caché mon affinité politique avec Martine Aubry qui a toujours incarné à mes yeux le volontarisme politique au service des convictions portées par la gauche. Christiane Taubira porte aussi aujourd’hui à sa manière ce flambeau des valeurs et du devoir de vérité en politique.

Ennemi. Quel est votre meilleur ennemi politique ? 

Je ne veux pas personnaliser le débat politique qui en souffre déjà trop. Mon pire ennemi aujourd’hui, c’est l’indifférence d’une grande partie de nos concitoyens à l’égard des enjeux locaux et concrets de cette élection pourtant capitale pour notre territoire, et qui pourrait les conduire tout droit à l’abstention ou à l’extrémisme.

Voyage, voyage. Pour vous, “rendez-vous en terre inconnue” en version politique, ce serait quelle destination ?

Emmenner avec moi ceux qui ne sont pas encore convaincus que la transition écologique est une priorité en Micronésie, dans les iles du Pacifique. Les petits Etats insulaires y sont menacés par la montée des eaux et la situation empire année après année, elle est une conséquence directe du réchauffement climatique.

The artist. Pour quel artiste de votre région avez-vous un coup de cœur ?

Bernard Kudlak.

Sport. Quel est votre sport favori ?

Le ski nordique sans hésitations !

Gastronomie. Quelle est votre formule régionale “entrée/plat/dessert” préférée ?

Croûte aux morilles / Pièce de charollais / Sorbet Absinthe cassis.

 

Dossier Régionales 2015 :

Chaque jour, découvrez les candidats tête de listes aux prochaines élections régionales qui se dérouleront les 6 et 13 décembre prochains.


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article