Régionales. Où en sont les cumulards ?

assemblée nationale

Parmi les nouveaux présidents de région élus le 13 décembre dernier, certains appartiennent à la famille des « cumulards », d’autres ont déjà quitté leur siège de député ou de sénateur. Et il y a ceux qui ont choisi… de ne pas choisir.

La loi qui interdit de cumuler un mandat parlementaire national ou européen avec un mandat exécutif local s’appliquera seulement en 2017. Néanmoins, le non-cumul des mandats a fait partie des promesses de campagne dans le cadre des dernières élections régionales. Où en sont les présidents de région ?

Démission actée pour Xavier Bertrand et Valérie Pécresse

En démissionnant de l’Assemblée Nationale, Valérie Pécresse a tenu sa promesse malgré les recours déposés devant le conseil d’Etat pour s’opposer à son élection de présidente de la région Île-de-France. Dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand a lui aussi démissionné de son mandat de député… mais il garde un pied à la mairie de Saint-Quentin en qualité de conseiller municipal et continue de présider sa communauté d’agglomération . Une stratégie que regrettent ses adversaires politiques.

Christian Estrosi et Hervé Morin attendent la fin des recours

Parfois, les décisions du Front National font le jeu de Christian Estrosi. Le nouveau président de région a promis de démissionner de la mairie de Nice et de l’Assemblée nationale. Mais le Front National remet en cause les résultats de l’élection régionale en PACA. Un recours a été déposé. La décision de Christian Estrosi est donc suspendue à ce recours. En Normandie, Hervé Morin adopte la même posture en refusant pour l’instant de quitter ses fonctions de député de l’Eure en raison des recours déposés par ses adversaires

Bruno Retailleau, Laurent Wauquiez et Carole Delga rejettent le cumul des mandats

Laurent Wauquiez, nouveau président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, quittera son écharpe de maire du Puy-en-Velay. En revanche, celui que Xavier Bertrand appelle le « superman des mandats », conserve son siège de député de la Haute-Loire. Carole Delga (PS) fait également partie de ces parlementaires qui ont fait le choix… de ne pas choisir. La nouvelle présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est également députée (et adjointe au maire de Martres-Tolosane). Entre Paris (et Manuel Valls) et ses amis politiques de Toulouse et Montpellier, Carole Delga va peut-être devoir apprendre à maîtriser l’art du grand écart. En Pays de la Loire, Bruno Retailleau (LR) partage la même position que la président de la région Sud Ouest. Le sénateur et président du groupe Les Républicains n’entend pas abandonner ses positions parisiennes. Pour lui la règle du non-cumul des mandats est une hérésie dans la mesure où un élu régional doit pouvoir faire entendre sa voix à Paris.

Le double agenda de Jean-Yves Le Drian

Mettre fin au cumul des mandats. François Hollande en avait fait une règle d’or. Et pourtant, son Ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, garde ses deux coiffes : celle de Ministre et celle de président de la région Bretagne. Pour tenter de faire taire les critiques, Le Drian renonce à ses 5000 euros brut mensuels (indemnités de président régional) et laisse penser qu’il quittera ses fonctions régionales dès la fin de l’Etat d’urgence. Un double agenda que n’a pas manqué de pointer du doigt le Petit Journal sur Canal +.


Vous aimerez aussi sur FranceLive.fr



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire sur cet article